dimanche 5 mars 2017

Entraves ( Alexandra Coin)



Entraves

  •  Entraves ( Alexandra Coin)
  • Broché: 232 pages
  • Editeur : Aconitum (14 novembre 2016)
  • Collection : ROMAN
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1096017096
  • ASIN: B01DTSFGM6





Mon résumé :
Emma est une jeune femme comme les autres. Elle enseigne le français dans un lycée de Carcassonne où elle est respectée et connue bien que discrète. Elle est la mère de Louise, 8 ans.
Pourquoi alors s’est-elle retrouvée internée dans l’Hôpital psychiatrique St John’s, confiée aux bons soins du docteur Morlov ?
C’est Ilario, son mari qui l’y a conduite. Mais pas en lui tenant la main, ni « pour son bien ». NON !  L’emprise de cet homme, sa façon de la couper de tout et de tous, de l’obliger à satisfaire tous ses désirs (sexuels compris) ont amené la jeune femme à tenter de mettre fin à ses jours. Car Ilario, apparemment « bien sous tous rapports » est un pervers narcissique.  Centré uniquement sur lui-même et sur la satisfaction de ses propres désirs, il fait pression sur sa femme et sa fille, les manipule pour qu’elles lui obéissent.

Mon avis :
Entraves n’est pas un énième livre sur une femme manipulée par son mari qui n’aurait trouvée que le suicide comme échappatoire.
Entraves n’est pas un livre sur la lente guérison de femme suicidaire admise en HP.
Entraves n’est pas un livre sur un couple qui explose, ou une femme qui demande le divorce.

Entraves, c’est une plongée dans l’horreur. Et je vous assure que point n’est besoin d’une surdose d’hémoglobine pour sentir ses tripes se retourner. Pas besoin de morts, d’assassinats sordides pour avoir l’impression de plonger en enfer. Point n’est besoin de cordes et de nœuds marins pour se sentir attaché, enfermé.
Lire Entraves c’est plonger et se débattre dans les méandres de la psychologie et de la folie humaine.
Lire Entraves c’est se sentir petit à petit pris au piège, sans aucune corde visible.
Lire Entraves c’est découvrir comment tout un chacun peut être manipulé, même les plus solides d’entre nous.
Je ne sais quoi dire d’autres tant je suis encore sous le choc de ma lecture.
Cette lecture, ces personnages qui vont me hanter pendant longtemps !!!
Car comment ne pas s’attacher à Emma. Comment ne pas avoir un coup au cœur à chaque pas qu’elle fait sur la route de l’enfer ? On ne peut pas ressentir de pitié pour cette femme… plutôt de l’admiration. Mais où trouve-t-elle la force de subir tout ça ? Où trouve-t-elle la force de réagir à un moment ?
Et comment ne pas avoir envie de vomir en lisant les réactions de son entourage ? de ses collègues ? de la police et de la justice ?
Difficile de parler d’un livre si bouleversant qui donne aussi à réfléchir sur notre société actuelle, sur notre monde !

Lisez-le, mais attendez-vous à être remué, entravé à votre tour !
Merci à Mme Coin… j’aurais aimé protéger Emma que vous m’avez confiée dans votre dédicace… j’ai juste réussi à marcher à ses côtés sur son chemin de croix.
Merci d’avoir mis des mots sur ce mal de notre société. J’espère que vos mots, justes et percutants, qui frappent là où ça fait mal, feront réagir des femmes elles-mêmes prises au piège, ou des personnes qui connaissent des victimes de pervers narcissiques. Qu’ils pousseront des amis de victimes à les épauler sur le long chemin de la libération. Car j’ai la naïveté de penser que c’est en en parlant, en mettant les faits en lumière que l’on peut commencer à se libérer !
Un coup de coeur !!!

samedi 25 février 2017

Voici le temps des assassins (Gilles Verdet)




  •  Voici le temps des assassins (Gilles Verdet)
  • polar jigal
  •  ISBN 979-10-92016-32-1 
  • Février 2015 
  • Format NOUVEAUTÉ 
  • 140 x 210 
  • 232 pages



Mon résumé :
Un casse dont l’organisateur est tué à bout portant, une femme internée en hôpital psychiatrique qui s’immole, un homme que l’on pousse sous un train…
Mais qui pourrait avoir intérêt à tuer toutes ces personnes ? Et pourquoi leur réciter des vers à l’oreille avant de leur donner la mort ?   La police s’interroge.
Paul, lui, s’interroge et surtout il s’inquiète. Le braquage, il y a participé, et c’est Simon, son meilleur ami, qui est mort sous ses yeux.  Quant aux autres victimes, il les a toutes croisées à un moment de sa vie…il y a longtemps. De quoi devenir parano et penser qu’il sera sûrement le suivant. Surtout que … 

Mon avis :

Plus je lis des polars, plus je prends plaisir à chercher derrière les mots les indices qui aideront à trouver le coupable.
Et là, parmi mes hypothèses, l’une était en partie bonne.
Vous pourriez penser que j’ai été déçue… Et bien non. J’ai dévoré ce livre. Je ne l’ai pas lâché jusqu’à la fin.
Pourquoi ?
D’abord parce que sans m’en rendre compte je me suis attachée aux personnages. A Paul et à Marianne ( la femme de Simon) d’abord. J’ai aimé leurs faiblesses, leur honnêteté l’un envers l’autre. Je trouve qu’ils ont une belle relation, même si je ne sais pas vraiment la décrire. Mon personnage préféré est un personnage secondaire (du moins au départ) : la concierge de l’immeuble de Paul. C’est une concierge à l’ancienne, qui l’air de rien prend soin de ses locataires, et qui va prendre de l’importance jusqu’à… non je n’en dirai pas plus sous peine de vous dévoiler une partie de l’histoire… Donc je me tais.
Si j’ai un coup de cœur pour ce livre c’est pour l’écriture. C’est elle fait qui la grandeur, et le charme de ce livre. Une écriture au cordeau, ciselée. Un style quasi poétique, chantant, avec juste ce qu’il faut d’argot et d’humour…. J’en reste bluffée !
J’arrête là ma piètre prose pour vous laisser aller sur le champ acheter ce livre ! 

logopolarssharon1Je rajoute ce titre au challenge thrillers et polars 2017 

samedi 18 février 2017

Le camélion ( Nicole Snitselaar et Coralie Saudo)



Camélion
  •  Le camélion ( Nicole Snitselaar et Coralie Saudo)
  • Album: 22 pages
  • Editeur : Balivernes Editions (1 juin 2016)
  • Collection : FARFADAISES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2350671232
  • ISBN-13: 978-2350671239



Mon résumé :
Le propre du lion, c’est de faire peur. Mais comment impressionner les autres animaux si votre crinière prend la couleur de la végétation qui vous entoure ?

Mon avis :
Moi non plus je n’ai pas eu peur de Petit Lion… au contraire j’ai craqué pour lui … J’ai eu de la peine pour ce jeune félin, dont tous les animaux se moquent… Tous ? Non car un animal à le même « problème » que lui, et lui, il va l’accepter tel qu’il est et le rebaptiser même. Une nouvelle naissance ?  Plutôt une façon comme un autre de lui montrer que sa différence fait son originalité, et sa force aussi. Qu’elle donne envie de le connaître.
Un joli message d’ouverture à ceux qui sont « différents », servi par des dessins craquants et des couleurs vives !!!

Merci aux éditions Balivernes pour ce bel album pour les petits ( mes élèves ont aimé !)